15 septembre
2015

Gary Boudreault, comédien

GARY BOUDREAULT

La Baie-des-Chaleurs, c’est l’un des berceaux de notre Histoire,  mais c’est aussi le berceau de la mienne en terre d’Amérique. Quand j’y reviens, au moins une fois l’an, j’éprouve toujours le curieux sentiment de celui qui refait le chemin à l’envers vers le cœur de ses plus beaux souvenirs d’enfance, comme saumon en rivière, même si je n’y suis pas né.

J’aime à penser que mes gènes ancestraux y ont laissé de lourdes traces et que ce sont leurs échos les plus vivifiants qui nourrissent cette très forte impression de renaître encore un peu à chacun des retours.

Vivement la Baie et ses chaleureux habitants!

 

 

15 septembre
2015

Régis Audet, Centre d’action bénévole St-Alphonse/Nouvelle

Régis Audet

 

Ma généreuse Baie-des-Chaleurs !

Vivre dans la Baie-des-Chaleurs, c’est aussi vivre avec des gens généreux, responsables et très engagés. Les Gaspésiennes et les Gaspésiens ont appris à se débrouiller et à s’entraider pour survivre, et ce dès l’ouverture de nos petits villages au siècle dernier.  Cette particularité de ‘vaillantise’ et d’innovation dans le  développement local et régional s’est transmise de génération en génération. C’est reconnu que la population de la Baie-des-Chaleurs transpire de par sa diversité des multiples engagements bénévoles dans les différents secteurs de l’activité humaine. Notre culture est vivante et inspirante et elle passe par l’altruisme de ces femmes et ces hommes bâtisseuses et  bâtisseurs  faisant de notre coin de pays un endroit exceptionnel tant par sa beauté extérieure qu’à l’intérieur de chacune et chacun de nous !

 

 

15 mai
2015

Philippe Garon, auteur

Philippe-Garon-e1431629430301-600x314-full

 

Je vis dans la Baie depuis la naissance de mon fils. Bien plus qu’une source d’inspiration pour mes projets artistiques, notre pays me nourrit dans mon rôle de père, d’amoureux, d’ami, de citoyen. Notre pays prend soin de moi, me rend meilleur, me soigne, me lance des défis. Il me prodigue sa lumière, son grand air, son énergie. Quand je jardine, quand je bûche, quand je m’occupe de mes poules, quand mon chien m’amène prendre une marche, je pense à mes principes et aux moyens à prendre pour les matérialiser. Ma vie de rêve, je la vis maintenant, ici.

 ma chapelle à moi

est faite d’embrun

de cris de geais bleus

quand je jongle

à une présence

c’est debout

dans ma dépense de calories

pour sentir

le temps

ralentir

(Extrait de « CR!ONS, éditions Perce-Neige, 2015)